Maison - Les sources de pollution de l'air intérieur
Aménagement,  Décoration,  Général

Aménagement et Déco – Les sources de pollution de l’air intérieur

Si vous avez aimé l'article, partagez-le :

Nous passons 80% de notre temps dans des endroits clos comme la maison. L’air intérieur est 5 fois plus pollué que l’air extérieur. Mais quelles sont les sources de pollution de l’air intérieur ? En tant que designer d’intérieur, j’ai décidé de m’intéresser au sujet pour ne pas contribuer à étendre ces valeurs. En effet, nous les architectes et décorateurs d’intérieur, par les projets que nous proposons, nous pouvons faire entrer des matériaux plus ou moins sains chez nos clients vis-à-vis de la qualité de l’air.

Ma volonté au travers de mes projets

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez dû voir que je m’intéresse au sujet des sources de pollution pour apporter à mes clients une solution la plus saine possible pour leur santé et celle de leurs enfants. Et d’ailleurs, si vous ne me suivez pas encore, je vous invite à le faire (Instagram Lazuli, Facebook Lazuli).

En effet, apporter des solutions de décoration écoresponsable c’est proposer du mobilier, des tissus d’ameublement, des matériaux de rénovation fabriqués de façon responsable vis-à-vis des ressources utilisées, mais également saines pour la santé (voir mes prestations chambre d’enfant).

« Œuvrons ensemble aujourd’hui pour mieux respirer demain », c’est le motto du livre dont est issue une grande partie du contenu de cet article  : « La qualité de l’air intérieur (QAI) pour les nuls ». Ses auteurs sont des experts (médecins, conseillers en environnement intérieur, écotoxicologues, ingénieurs en développement durable, chercheurs…) et des membres de l’APQAI (Association de Promotion de la Qualité de l’Air Intérieur) sous la direction de Nicolas Blondet. Comme tout résumé d’ouvrage, il est écrit avec l’interprétation que j’en ai fait.

Source : Fnac

Pourquoi faut-il s’intéresser aux sources de pollution de l’air intérieur ?

Pour améliorer les performances énergétiques, nous faisons de plus en plus d’efforts vis-à-vis de l’isolation de nos habitats et c’est tant mieux. Malheureusement, cela a pour effet de rendre nos maisons de plus en plus étanches, nous rendant plus vulnérables aux pollutions intérieures qui ne s’évacuent pas, si nous n’avons pas les bons réflexes. Ceci se cumule à nos modes de vie et de consommations qui sont plus orientés, pour des raisons de praticité, de performance et de coût, vers l’utilisation de matériaux issus de la chimie et souvent chargés en polluant.

Le sujet de la pollution de notre air intérieur était un sujet d’importance. Il le devient alors encore plus aujourd’hui. La bonne nouvelle c’est que nous avons les moyens, en tant que consommateurs et moi encore plus en tant que designer d’intérieur, de s’en débarrasser, en limitant voire en supprimant les sources et ayant les bons réflexes pour évacuer ses effets.

Mais commençons par identifier les différentes sources de pollution de l’air intérieur.

Les différentes sources de pollution de notre habitat intérieur

Il existe différentes sources de pollution de notre air intérieur. Les habitats seront plus ou moins concernés en fonction de leur environnement, leur conception et leur aménagement.

Voici les différents contributeurs :

  • La pollution extérieure qui entre dans l’habitat : notamment si votre appartement ou votre maison est placé près d’une route à grand passage, ou près d’une usine qui génère beaucoup de pollution. Votre air intérieur sera alors pollué par l’air extérieur. Certaines pollutions peuvent également venir des sols, par des caves par exemple notamment si elles sont peu isolées de votre intérieur.
  • Le bâtiment et ses matériaux de construction : les matériaux de charpente, de maçonnerie, les matériaux d’isolation sont pour certains plus polluants que d’autres vis-à-vis de la qualité de l’air intérieur.
  • Les équipements de chauffage et de climatisation : en fonction de leur entretien
  • Les éléments d’aménagement et de décoration : le mobilier, les textiles, les matériaux de finition : peintures, vernis, revêtements de sol qui peuvent dégazer des COV (composés organiques volatils)
  • Nos activités dans cet habitat : tabagisme, bougies, encens, diffuseurs de parfum, mode de cuissons des aliments, l’humidité générée non évacuée, produits d’entretien pour le ménage…

Ce sont de possibles contributeurs, avec de bonnes règles d’usage et des choix de conception judicieux, il est possible de supprimer ces polluants ou de les évacuer.

Source : ADEME – L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

Pollution de l’air ambiant en aménagement d’intérieur

Dans ce paragraphe, nous allons nous intéresser aux sources de pollution de l’air intérieur créées par les éléments d’aménagement, de décoration et d’entretien de la maison. C’est le cas du mobilier, des textiles d’aménagement mais aussi des matériaux de finition comme les peintures et les revêtements de sols et les produits ménagers.

Les polluants

Les polluants principaux qui vont nous intéresser sont les COV (composés organiques volatils). Un COV un composé qui se caractérise par une volatilité importante. C’est-à-dire que pour des conditions d’environnement classique d’un habitat (pression atmosphérique, température ambiante autour de 20°C – 25°C), il passe très facilement à l’état gazeux. Si on ne le chasse pas, il devient alors un des composants de notre air ambiant, c’est-à-dire l’air que nous respirons ! Ceci se fait sans que nous nous en apercevions puisque la plupart sont non odorants ou non odorants en faible quantité. Pas cool…

Voici 3 exemples de COV en aménagement d’intérieur : les formaldéhydes, les BTEX (benzène, toluène, éthylbenzène et xylènes), et les perturbateurs endocriniens (bisphénol, phtalates, pesticides, retardateurs de flamme). Ces noms barbares peuvent faire un peur je l’avoue… mais pas de panique, il faut juste sans occuper !

Le mobilier

Concernant le mobilier utilisé en aménagement d’intérieur, ce sont les meubles en bois aggloméré ou les panneaux de particules qui sont les matériaux qui émettent le plus de COV (composés organiques volatils). L’émission est la plus forte dans les premiers jours d’installation pour ensuite réduire mais certaines peuvent durer plusieurs années.

Les peintures et les vernis

Certains vernis et peintures utilisés en finition des meubles d’aménagement ou simplement en peinture décorative sur les murs, portes, peuvent contenir des composés organiques volatils, polluant votre air intérieur. De par leur procédé de réalisation, certains en contiennent plus que d’autres.

Les textiles

Certains textiles ou matériaux de rembourrage de canapés, fauteuils ou encore matelas, contiennent des retardateurs de flamme. Ils permettent d’éviter qu’une étincelle ou qu’une source de combustion, comme une cigarette, un crépitement de feu de bois, conduisent à l’embrasement. Ceux-ci sont rejetés dans l’air et peuvent être sources de pollution de l’air intérieur. Ces retardateurs font partie des perturbateurs endocriniens. D’autres textiles d’ameublement peuvent être traités avec du formaldéhyde. C’est le cas de certains rideaux pour assurer notamment une meilleure tenue, les rendre infroissables et leur assurer un tombant impeccable.

Les revêtements de sol

Nous n’y pensons pas forcément mais certains revêtements de sol peuvent être une source de pollution de l’air intérieur. C’est notamment le cas des moquettes qui peuvent, comme les textiles, être traitées avec des retardateurs de flamme. C’est aussi le cas de certains tapis.

Si vous devez acheter un revêtement de sol en bois, il peut être concerné par la pollution de l’air par les vernis, les produits de traitement ou encore les colles qui le constituent.

Les produits ménagers

Même si beaucoup d’efforts sont faits, un grand nombre de produits ménagers sont encore toxiques pour l’environnement et irritants pour la santé (peau et voie respiratoire). Ces produits vont généralement de pair avec une pollution de l’air ambiant. N’oubliant pas les désodorisants et parfums d’ambiance. Une bonne odeur dégagée n’est pas forcément synonyme de bonne qualité de l’air. Certains parfums synthétiques contiennent des COV.

Que faire pour limiter la pollution de l’air intérieur ?

Crédit Photo : @stefamerpik – Freekik.com

Voici quelques bonnes pratiques à suivre :

1 – Aérer : Il est préconisé d’aérer 2 fois par jour, le matin et le soir, 5 à 10 minutes. L’hiver il est préférable d’aérer peu de temps et plusieurs fois.

2 – Vérifier l’état de fonctionnement et d’entretien de votre VMC (ventilation mécanique contrôlée) qui permet d’assurer la bonne ventilation de votre logement et d’avoir une action de renouvellement de l’air en continu.

3 – Faire réviser et entretenir annuellement vos moyens de chauffage par combustion (chaudière a fioul, notamment si elles ont en proximité de votre habitat de vie), chaudière à gaz, poêle à bois.

4 – Choisir des matériaux d’ameublement et de décoration sains pour la santé ou du mobilier de seconde main: pour supprimer le problème à la source

5 – Utiliser des produits de rénovation avec des émissions réduites. Les industriels se doivent de communiquer sur les teneurs en COV mais les émissions ne sont pas forcément proportionnelles aux teneurs. Toutefois, choisir une teneur limitée sera toujours préférable à une autre. Le label A+ pour les émissions a minima, des labels indépendants comme Excel et Ecolabel pour les peintures.

6 – Choisir des produits d’entretien non toxiques et sains pour la santé ou les faire soi-même avec des produits naturels. C’est ce dernier choix que j’ai fait chez moi avec de bons résultats (voir Ma recette de nettoyant multi usage maison, Ma recette de lessive maison)

7 – Eviter l’encens, les bougies, les diffuseurs de parfum : privilégier les diffuseurs d’huiles essentielles au juste besoin en respectant les quantités et les durées préconisées (voir mon article Avoir une maison qui sent bon)


J’espère que cet article vous aura permis d’en savoir plus sur les sources de pollution de l’air intérieur en aménagement, décoration et entretien. N’oubliez pas de garder les bons reflexes.

Intérieurement Vôtre

Virginie Vinas

Crédit Photo Image d’en tête : @rawpixel.com – Freepik.com


Si vous avez aimé l'article, partagez-le :

2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.